Le Blog de Numilog

Toute l'actualité du livre numérique

Ebook de la semaine : Féminine

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’un de nos coups de cœur de

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir le premier roman d'Émilie Guillaumin : Féminine, un regard original et sans concession sur une carrière militaire vécue autant que fantasmée.

Une vocation entre romantisme et désillusion

             

Emma Linarès voulait que sa vie soit intense. Voire héroïque. Grande lectrice, elle se rêvait en personnage de roman. Un jour, après y avoir longuement songé, elle a franchi le portail intimidant d’un camp militaire. L’armée. N’était-ce pas là que se vivaient les dernières aventures ?

Sans doute. Mais seulement quand elle aurait appris à s’habiller en moins de cinq minutes, à ramper dans la boue, à se mettre au garde-à-vous, à nommer chaque pièce de son fusil d’assaut et à chanter sa nostalgie virile pour une belle blonde restée au pays…

 

Le sens de l’engagement

            

« Je croyais que pour m’accomplir, il fallait que je possède les qualités d’un homme. Force, endurance, virilité. » Emma choisit donc l’armée, en quête d’un sens à donner à sa vie.

Il n’y a pas de femmes dans l’armée, juste des « féminines », une entité presque désincarnée dans un monde d’hommes qui, tous à leur façon, sont des survivants. La fraternité d’armes, le sens de l’engagement et surtout, la peur, peuvent-ils se dissoudre dans la boue dans laquelle rampent les engagés volontaires dans l’attente du départ sur le terrain, le vrai ? Jamais l’Armée de Terre n’aura si bien porté son nom. Des hommes englués dans leurs fantasmes de combats héroïques et leurs traumatismes.

De l’exaltation au doute, de la fascination au regret de la vie civile, Émilie Guillaumin pose un regard personnel sur un monde qu’il faut connaître de l’intérieur pour pouvoir si bien en parler. Et propose une réflexion sur l’engagement, dans sa dimension la plus large : comment trouver sa place dans le monde, comment donner un sens à ce que la vie fait de chacun de nous ?

 

 achetez cet ebook

Ebook de la semaine : Le temps des bohèmes

L'amitié engendre t'elle l'émulation artistique?

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir avec Le temps des bohèmes un roman dont les personnages connus et moins connus, sont tous amoureux et libres.

L'amitié engendre-t-elle l'émulation artistique ?

             

Le temps des Bohèmes est le roman vrai des aventuriers de l’art moderne, quand Paris était la capitale du monde. Nous sommes dans le Paris frémissant et désinvolte, entre le Bateau-Lavoir à Montmartre et la Closerie des Lilas à Montparnasse. Peintres, poètes, écrivains, sculpteurs, musiciens, de jeunes gens à l’esprit de liberté nommés Apollinaire, Matisse, Picasso, Cocteau, Prévert se croisent, s’entraident, s’enivrent, ventre creux et idées en bandoulière.
Ce n’est que le début d’une monumentale épopée artistique qui durera jusqu’à la fin de la secondaire guerre mondiale.

Un ballet passionnant de destins croisés, superbement ressuscités

Un récit captivant de la vie intime des artistes et des intellectuels de la première moitié du XXe siècle. Dan Franck ressuscite l'époque de l'art moderne, d'une manière vive et lumineuse.

 achetez cet ebook

Ebook de la semaine : Petit pays

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’un de nos coups de cœur de

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’un de nos coups de cœur de la rentrée : Petit pays, premier roman de Gaël Faye. Une histoire d’enfance dévastée par le déferlement de violence qui s’est abattu sur un pays devenu un paradis perdu.

Une enfance bousculée par la haine

             

« J’ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux… […] J’ai écrit ce roman pour crier à l’univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu’à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d’exilés, de réfugiés, d’immigrés, de migrants. »

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, tutsi, français…

 

Paradis perdu

            

« Le  pays était un zombie qui marchait langue nue sur des cailloux pointus. […] La mort n’était plus une chose lointaine et abstraite. Elle avait le visage banal du quotidien. Vivre avec cette lucidité terminait de saccager la part d’enfance en moi. »

À travers le regard d’un enfant qui lui ressemble à s’y méprendre, pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu, Gaël Faye évoque avec émotion et sans concession un drame qu’il connaît bien. Mais au-delà de la guerre, de l’ennemi qui surgit du quotidien, c’est l’amour d’un enfant pour sa mère, pour le pays qui l’a vu grandir, que l’auteur raconte dans ce très beau premier roman parcouru d’ombres et de lumière, de tragique et d’humour, de personnages qui tentent de survivre à l’indicible.

 

 achetez cet ebook

Ebook de la semaine : Traité d’athéologie, de Michel Onfray

Cette semaine, redécouvrez le Traité d’athéologie, l’un des textes

Cette semaine, redécouvrez le Traité d’athéologie, l’un des textes essentiels du philosophe qui secoue régulièrement la France.

Quand la croyance privée devient une affaire publique

             

Le livre est né d’une indignation et d’une urgence. L’indignation ? C’est le fait que, trois siècles après le triomphe des Lumières et un siècle après la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, le politique et le religieux soient encore si inextricablement mêlés dans nos sociétés prétendument laïques et démocratiques. L’urgence ? C’est le spectacle du monde comme il va. Partout, observe Michel Onfray, Dieu, jadis chassé par la porte, revient par la fenêtre… D’où cet essai, savant, polémique, conceptuel et sensuel, dans lequel le philosophe anti-platonicien qu’est Michel Onfray tente de pointer, de dénoncer, de dépasser, cette « haine des corps » qui, semble-t-il, gît secrètement derrière le retour généralisé du divin. L’essentiel peut ainsi se résumer : à quel prix – humain, amoureux, politique – nos contemporains paieront-ils leur allégeance au ciel ?

 

La croyance à l’épreuve du réel

            

« Nulle part je n’ai méprisé celui qui croyait aux esprits. […] Mais partout j’ai constaté combien les hommes fabulent pour éviter de regarder le réel en face. » Pour réconcilier l’homme avec la vie, l’auteur convoque Jésus et les femmes, le désir et la démocratie, Saint-Paul et Nietzsche. En matérialiste conséquent, il provoque, stimule, suggère. A l’heure des intégrismes et des laïcités honteuses, dix ans après sa publication, ce Traité d’athéologie paraît plus que jamais d’actualité…

 achetez cet ebook